TM

SCÅL : "A la tienne !..."

Entre partitions, pinceaux et plume ! 

 

Après une longue carrière de sportif de haut niveau qui m'occupait alors à plein temps et quelques titres internationaux glanés par-ci par là, c'est d'abord la musique et l'écriture de chansons qui m'inspirent.

 

Puis, je commence à peindre à l'âge de 35 ans. Par défi ! Parce ce que j'aime rebondir. Parce que mon ami Chamizo m'offre ma première toile blanche.

Cette idée incongrue me vient parce que j'aime les tableaux, les vrais. Mais je n'ai pas les moyens de m'en offrir. Un jour, alors que je souhaite acquérir une reproduction du célèbre tableau des tournesols de Van Gogh, je me ravise au vu du prix de la photocopie proposée et décide de copier l'œuvre. Je le fais au pastel, parce que je n'ai alors rien d'autre. Le résultat est encourageant...

 

Un an plus tard, je fais la rencontre et je sympathise avec Sami Khorsandian. Le calligraphe perse, également peintre aux multiples techniques, propose d'accompagner mes débuts, en me donnant gracieusement des cours. L'apprentissage, aux côtés de ce maître est une véritable révélation. Outre l'enseignement de certaines de ses techniques, il partage avec moi sa philosophie de la vie et, à force d'échanges et d'amitié, me permet de trouver ma propre voie picturale. Je peux alors enfin utiliser ma première toile ...

Chez moi, le noir s'oppose presque toujours à la couleur, le rectiligne à la courbe. Mais ce sont surtout les mots qui me servent de sources d'inspiration et de bases de travail. Une forme de calligraphie très personnelle, minimaliste, presqu'infantile, inspirée par de grands artistes peintres, tels que Cocteau, Matisse ou Mirò , qui illustre graphiquement volontairement, ou par accident, le premier sens donné au mot, puis qui en apporte d'autres :  les vôtres. C'est ce que j'appelle mes "tabl'mots".

Des toiles dans lesquelles l'amateur se plaira à jouer à retrouver les lettres et à deviner les mots ...

Les écrits
 
Après avoir fait l'exercice d'écrire en 2012, "Soit champion et tais toi !", un témoignage autobiographique qui retrace ma vie sportive et mes débuts d'après-carrière, volontairement non encore diffusé, je me prête par passion, mais également par admiration pour Jean de la Fontaine, à l'exercice de la fable.
C'est ainsi que naissent au cours de l'année 2014, d'après mes états d'âme, les "Fables de la cinquantaine".
Je les écris de la même manière que je réalise mes "tabl'mots". Je me retrouve face à la page blanche, avec une idée de caricature comportementale commune à certains humains, vécue ou non.  Je m'informe alors du jargon spécifique, cherche et découvre des mots de toutes époques et de tous styles. Lorsqu'ils me séduisent ou qu'ils se prêtent à la rime, qui se doit d'être unique, je les associe. Je laisse ensuite leurs couleurs et leur magie opérer.
La fable prend alors forme en relatant une histoire parfois drôle, souvent critique.
 
J'ai également d'autres projets en cours, dont les écritures d'un conte et d'un roman philosophique.
 
"A la tienne !... "

 

C'est au hasard d'une rencontre que Scal, diminutif amical de mon prénom Pascal, devient Scål. La faute à une belle rencontre lors d'un apéro et à un ouvre bouteille métallique sur lequel était inscrit, dans toutes les langues, "à la tienne !" ; dont "Skål !", pour certains pays scandinaves.

Quoi de plus naturel donc, que de signer chaque tableau par ce nouveau mot valise. Ceux-ci n'invitent-t-ils pas au voyage et ne sont-ils pas destinés au partage festif avec l'autre ?

 

 A la tienne !

SCÅL